MAGAZINE

Device converter



Weather

 

Annonces

Déposez une annonce sur ce site

Ajoutés récemment

articles > Culture events

Culture

Jeux d'Enfants de Yann Samuell

By Rebecca Connell
11/08/2004

JEUX D'ENFANTS
Un film de Yann Samuell
Avec Guillaume Canet et Marion Cotillard

Durée :93 minutes
Certificat:15
En Français sous-titré en Anglais
Pour voir la bande annonce
Pour voir où le film est joué Cliquez

J'écris ces mots toujours très excitée par ce film que j'ai vu il y a à peine deux heures.
Les mots qui viennent pour le décrire sont simples : naif, merveilleux et en même temps très très vrai. Ce sont ces mêmes mots que le directeur Yann Samuell avait en tête lorsqu'il écrit cette histoire de deux enfants qui partagent le même intérêt pour les jeux "Cap ou pas Cap?" tout d'abord innocents avec lesquels ils vont grandir, jusqu'à ce que leurs paris atteignent des extrèmes. Au fur et à mesure que leurs sentiments deviennent plus sensuels et passionnés ils ont du mal à trouver des jeux qui soient à la hauteur de leur perversité et de l'amour qu'ils n'osent s'avouer.


Entretien avec Yann Sammuell
Pourquoi une histoire d'amour aussi romantique ?
La totalité de l'histoire m'est venue en une après-midi alors que je travaillais sur un dessin animé. Je tenais les personnages et les scènes essentielles. Je savais que je voulais parler d'amour, de jeu, d'une enfance qui dure éternellement. Je voulais aussi de la poésie et du cynisme. J'ai porté ça un ou deux ans avant d'écrire une ligne. C'est un vrai processus, soit j'ai quelque chose qui me vient et je l'écris immédiatement, soit je le mûris avant de m'y atteler. J'ai mis un mois è écrire la première version du scénario, suite è quoi 25 autres versions ont suivi. Cela m'a pris en tout deux ans.

Qu'est-ce qui vous a séduit chez Guillaume Canet et Marion Cotillard ?
Il me fallait deux acteurs qui me fassent rêver et qui correspondent aux héros du film. J'étais sûr que Guillaume allait être touchant, très émouvant et en même temps qu'il allait apporter son bagout, sa verve, son côté sautillant è la Douglas Fairbanks. Et puis, il avait rarement été employé dans un film romantique. Je lui ai envoyé le scénario qu'il a immédiatement accepté. Pour Marion, les choses étaient différentes. Nous avions lancé un grand casting pour le rôle de Sophie. Marion a été la première ou la deuxième personne que j'ai vue. J'ai rencontré ensuite d'autres comédiennes, mais je ne pensais qu'è Marion. Nous avons fait des essais avec Guillaume, et il était alors évident que ce ne pouvait être qu'elle.

Pourquoi avez-vous choisi d'exploiter sous de multiples versions le thème de La vie en rose ?
C'est une chanson très romantique et aussi naive, on è l'impression d'entendre un enfant la chanter. Et puis, elle a un côté vieillot, désuet, un peu cliché que j'adore et que je voulais malmener. C'est pourquoi je suis allé chercher des versions décalées comme celle que j'ai fait faire è Zazie. Son interprétation est enlevée et dynamique, et en même temps elle fait écho au paradoxe que représente ces enfants plongés dans un monde d'adultes ou ces adultes qui veulent rester dans le monde de l'enfance.

   


Entretien avec Guillaume Canet
Quelles sont les raisons qui vous ont poussé è participer è Jeux d'enfants ?
C'est tout d'abord ma rencontre avec Yann Samuell. Ca m'a fait excessivement plaisir quand il m'a dit qu'il avait écrit le scénario en pensant è moi. Je crois que ça fait toujours plaisir è un acteur d'entendre ce genre de choses. Ce qui m'a touché ensuite, une fois le scénario lu, c'est aussi ce qui m'a inquiété, cette naiveté magnifique. J'étais curieux de savoir comment Yann s'en sortirait pour que son histoire ne soit pas trop naive è l'écran mais pleine de sentiments vrais. Je pense d'ailleurs qu'il a réussi è trouver un juste équilibre, ce qui est très beau. Enfin, j'aimais son univers très visuel, è la fois poétique et fantastique. Personnellement, c'est le cinéma que j'aime en tant que spectateur, j'étais donc ravi d'y participer en tant qu'acteur.

Qu'est-ce qui vous a attiré dans le rôle de Julien ?
Son évolution. C'était la possibilité pour moi d'incarner un personnage qui change, qui mûrit, et qui se trompe aussi. Ce genre de rôles est toujours intéressant è jouer. Et puis, ce personnage vit une longue histoire d'amour, ce qui m'attirait car je n'avais jamais joué d'histoire d'amour au cinéma.

Quels souvenirs garderez-vous de cette aventure ?
La Belgique, l'équipe... Plein de choses ! J'étais très content de pouvoir travailler avec Christophe Rossignon car j'aime les films qu'il a produits. En fait, j'aime le cinéma qu'il aime. Yann Samuell m'a aussi beaucoup surpris. Il a un univers très personnel, très particulier. Globalement, je garde un très bon souvenir du tournage. J'avais souvent l'impression de redevenir un gamin. Jouer un ado et un père de famille me plaisait car c'était la deuxième fois après Le fils du guerrier que je pouvais aborder un rôle plus mature.


Entretien avec Marion Cotillard
Qu'est-ce qui vous a donné envie d'accepter le rôle de Sophie ?
Après Les jolies choses, je souhaitais faire une comédie romantique. Je lisais des scénarios, mais rien ne correspondait è ce que je voulais faire. Et puis, j'ai découvert Jeux d'enfants et je me suis dit " mais c'est exactement ça que j'attendais ". J'ai adoré l'histoire et les personnages qui sont è moitié voire complètement dingues. Jouer cette folie qui dure toute une vie me plaisait beaucoup.

Le monde de l'enfance est très important dans Jeux d'enfants. Cela vous a-t-il touché ?
Ca m'a rapproché dans un sens de l'enfance, même si j'ai l'impression de ne jamais en être sortie. J'ai mes propres délires comme Julien et Sophie ont les leurs, mais je ne suis jamais allée aussi loin qu'eux.

Julien et Sophie seraient-ils les Roméo et Juliette des temps modernes ?
Pourquoi pas. Il est logique de vouloir rapprocher ces deux histoires d'amour difficiles. Je pense toutefois que Julien et Sophie sont plus pervers que Roméo et Juliette qui, eux, vivent un amour très pur. Le point commun entre ces deux couples, c'est qu'ils se créent chacun leur propre désaccord.


COMMENTAIRES:

14/09/2012 - akbarimetal a dit :

Pin my tail and call me a donkey, that really hepeld.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas sur le site tant qu'un administrateur ne les aura pas approuvés.

:

Vous pouvez recharger le captcha en cliquant dessus