MAGAZINE

Device converter



Weather

 

Annonces

Déposez une annonce sur ce site

Ajoutés récemment

articles > Politique/Economie events

Frédéric Lefebvre
Politique/Economie

4 questions à Frédéric Lefebvre : “Arrêtons d’emmerder les Français !”

By Manon Variol
06/07/2016

Frédéric Lefebvre, député des Français d’Amérique du Nord et membre du parti Les Républicains, est candidat à la primaire de la droite et du centre qui aura lieu en novembre prochain. Depuis quelques mois déjà, il présente son programme pour changer la France. Il vise avec détermination l’élection présidentielle de 2017. Il répond à nos questions.

  • Quels sont selon vous les secteurs à réformer en France ?

Il y a beaucoup de choses à changer en France. Tout d’abord, notre modèle social. En 40 ans, on est passé de 400.000 chômeurs à plus de 6 millions, d’un taux de prélèvement obligatoire de 35% à un record de 45% aujourd’hui. Le taux d’endettement est passé de 20% à 97%. C’est donc un système qui coûte de plus en plus cher, et qui, de surcroît, n’est pas à-même d’affronter les enjeux de demain. Je pense notamment à l’automatisation : aux Etats-Unis, le MIT annonce que 50% des emplois peuvent être remplacés par des machines !

Autre secteur vers lequel il faut se tourner : l’éducation. Je suis en faveur d’une instruction nationale. Il est indispensable de sortir de la logique des ghettos, c’est-à-dire de la dérive identitaire. C’est une des choses contre lesquelles je me bats et qu’on connaît en France, mais vous aussi à Londres avec le Brexit.

Je veux que l’on investisse pour que chacun ait toutes ses chances. Tous les Français, qu’ils soient chrétiens, juifs, musulmans ou athées, qu’ils vivent dans l’hexagone, en Outre-Mer ou sur tous les autres continents du monde. Dans nos villages et nos banlieues, il y a encore beaucoup de jeunes qui dans leur cursus n’ont pas l’opportunité d’avoir une expérience internationale. 

Je pense qu’on a beaucoup investi dans l’urbain alors qu’il faudrait investir dans l’humain. Il est temps d’ouvrir aux Français la porte de la cage que l’on s’est contenté de dorer. Il faut engager une réforme profonde.

  • Quelles sont vos propositions pour améliorer la vie des Français ?

Notre modèle social est à bout de souffle. Son coût de gestion est de 42 milliards d’euros au niveau local. Tous ceux qui pondent les normes, qui accompagnent (car c’est un système compliqué), ceux qui contrôlent, ceux qui sanctionnent, coûtent cher. Je souhaite que le système qui capte l’argent social soit bousculé et désintermédié.

Je veux mettre en place un salaire universel qui se cumulerait avec une activité. Cela inciterait les Français à suivre une formation, à trouver du travail et à reprendre leur vie en main. J’ai travaillé sur des scénarii entre 800€ et 1000€ pour les adultes et 400€ pour les moins de 18 ans. Cela implique évidemment un impôt universel.

Pour l’éducation, je souhaite par exemple permettre aux jeunes en apprentissage, en BTS ou qui n’ont pas de diplôme, d’avoir la chance d’une expérience à l’étranger. Je crois que ce sujet de l’accès au monde est majeur et que la France doit l’apporter à chacun de ses enfants.

  • En quoi êtes-vous différent des autres candidats à la primaire ?

Je pense que, comme tous les Français de l’étranger, je porte une vision mondiale. J’apporte une nouvelle attitude politique, car j’évoque des textes de droite comme de gauche. C’est avec ce changement d’attitude qu’on changera notre pays.

Car je pense qu’il faut faire passer l’intérêt de la patrie avant l’intérêt du parti. Le tout avec une vision mondiale. On souffre de se recroqueviller, de se replier sur l’hexagone. Il y a 6 millions de citoyens anglais dans le monde, 5 millions d’Allemands, et 2,5 millions de Français. Et nous sommes assez bêtes pour crier à la fuite des cerveaux… 

  • Quel message adressez-vous aux Français de l’étranger, et particulièrement ceux de Londres ?

Je dis à tous que je suis venu les rencontrer car il y existe deux France abandonnées : la France provinciale et la France mondiale. 

Notre pays est dirigé par une technostructure politisée et parisienne. Je veux connecter cette France mondiale avec cette France provinciale. Je répète souvent cette phrase : l’éloignement est un exhausteur d’amour. Plus on est loin de la France, plus on l’aime. Eh bien cet amour que vous lui portez, il est aujourd’hui essentiel de le transformer en action pour changer le pays. 

Pour cela, il faut changer ce capharnaüm de réglementations qui empêchent l’initiative en France. Je terminerai en disant : “Arrêtons d’emmerder les Français !” Je suis certain que c’est un message que tous les Français de l’étranger comprennent, puisqu’ils voient que dans les pays où ils sont établis, on les emmerde moins en réglementations que dans l’hexagone.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas sur le site tant qu'un administrateur ne les aura pas approuvés.

:

Vous pouvez recharger le captcha en cliquant dessus