MAGAZINE

Device converter



Weather

 

Annonces

Déposez une annonce sur ce site

Ajoutés récemment

articles > Politique/Economie events

Nicolas Sarkozy
Politique/Economie

Pourquoi l'élection présidentielle française sera gagnée dès le premier tour

By Quick Martin
19/06/2015

Les élections de 2017 seront extrêmement serrées, potentiellement les plus difficiles à prévoir depuis le début de la 5ème République. Et ce jusqu’au deuxième tour.

Ce qui est presque certain, c’est que le Front National jouera un rôle important en 2017, car la majorité des sondages indique que le parti de Marine le Pen recevra le plus de voix au 1er tour, aux alentours de 30%. En revanche, le parti sera sûrement catapulté au second tour, et recevra une claque. En effet, il est fort probable que l’histoire se répète pour le FN, et que 2017 ressemble fortement à 2002 - où Jean-Marie le Pen avait reçu seulement 18% du vote contre Jacques Chirac après avoir passé de justesse le premier tour.

Le sentiment anti-FN est tel que même si François Hollande passait au second tour (ce qui est fortement improbable, car 74% des Français ne lui font pas confiance), le Président sortant serait sûrement réélu. Mais les chances de François Hollande de passer les primaires socialistes avec succès sont presque inexistantes, son Premier Ministre Manuel Valls étant considéré comme le candidat probable du PS en 2017. Seulement 7% des Français voteraient pour Hollande, contre 25% pour son Premier Ministre. La simple candidature du Président pour les primaires est donc improbable s’il veut éviter une défaite embarrassante.

Les primaires du PS ne seront sûrement pas très serrées, mais du coté des Républicains l’affaire est plus intéressante. Ici, les deux hommes politiques considérés comme meneurs pour la candidature du parti en 2017 sont Alain Juppé et Nicolas Sarkozy. L’ancien chef de l’Etat est détesté auprès des électeurs : plus de 60% ont une mauvaise opinion de lui. Mais pour Juppé, les sondages indiquent qu’il est la personnalité politique la plus aimée en France. Le résultat des primaires des Républicains sera crucial pour déterminer les chances du parti en 2017.

Si Sarkozy était déclaré gagnant, le premier tour de l’élection ressemblerait probablement à ceci :

 

Marine le Pen (FN)

Nicolas Sarkozy (LR)

Manuel Valls (PS)

Others

Percentage of vote

29%

21.5%

22.5%

27%

According to “L’Observatoire Politique CSA”

Le FN receverait la plus grande partie des voix (29%), menant Marine le Pen au second tour. En revanche, la course pour la seconde place se jouerait probablement à peu de choses, avec seulement 1% séparant Manuel Valls de Nicolas Sarkozy.

Néanmoins, un autre élément est à prendre en compte : 30% des électeurs se disent soit incertains, soit décidés à ne pas voter en 2017. Cette grande partie de l’électorat pour le moment indécise pourrait fortement affecter le résultat de l’élection, au profit de Manuel Valls. Le Premier Ministre jouit en effet d’une certaine popularité auprès de l’électorat, qui séduirait certainement plus d’électeurs indécis que Nicolas Sarkozy. Ceci permettrait au candidat socialiste de passer au second tour, et même de le remporter - 60% des électeurs affirmant qu’ils le soutiendraient face à Marine Le Pen.

Tout serait en revanche totalement différent si le candidat représentant les Républicains était Alain Juppé, car les “indécis” le préfèreraient probablement à Manuel Valls. En effet, Juppé devance pour le moment Manuel Valls et Marine le Pen dans les sondages d’opinion (BVA), et pourrait donc s’attirer le soutien de ceux qui n’ont actuellement pas pris de décision politique ferme.

Juppe, Sarkozy, Le Pen Popularity left and rightCette compétition entre une personnalité politique du centre-droit (Alain Juppé) et une autre du centre-gauche (Manuel Valls) déterminera qui passera au second tour mais aussi qui deviendra le prochain Président, car tous deux, d’après les sondages, batteraient Marine Le Pen.

Si Juppé remportait les primaires de son parti, tout laisse à penser qu’il attaquerait le gouvernement socialiste plutôt que Valls lui même, car le point faible du Premier Ministre est son propre parti. En effet, depuis 2012, le PS a enduré des temps difficiles. Il a été vivement critiqué pour ses tentatives de mettre en place une taxation à 75% des revenus des plus riches (vues comme contraires à la constitution), pour son incapacité à réduire le taux de chômage et pour la trop faible croissance économique du pays. Juppé sait que Valls est apprécié de l’électorat, et choisira donc de s’attaquer à son gouvernement en priorité.

Mais l’élection d’Alain Juppé comme Président renverrait une image plutôt négative de la politique française au reste du monde. En effet, malgrès le fait que le Maire de Bordeaux jouissent de l’opinion favorable d’une grande majorité des Français, il prendra 72 ans peu de temps après l’élection. L’excitation de l’avoir comme Président pourrait donc se dissiper rapidement, au profit d’un sentiment d’habitude : le chef de l’Etat serait encore une fois homme, blanc et plutôt agé (l’âge moyen des Présidents français est de plus de 62 ans depuis le début de la 5ème République). L’élection d’Alain Juppé pourrait être vue comme un manque de modernité politique de la France au sein des démocraties occidentales - en comparaison par exemple avec l’élection de Margaret Thatcher, femme Premier Ministre britannique dès 1979 ou de Barack Obama, premier Président Américain noir en 2008.

Avant l’élection de 2017, les Français se trouvent ainsi face à un triple choix : un homme du Parti Socialiste, un candidat Républicain manquant d’originalité et une candidate du Front National.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas sur le site tant qu'un administrateur ne les aura pas approuvés.

:

Vous pouvez recharger le captcha en cliquant dessus