MAGAZINE

Device converter



Weather

 

Annonces

Déposez une annonce sur ce site

Ajoutés récemment

articles > Culture events

Culture

Patrick Bruel au Royal Albert Hall : un carton !

By Marie Decreme
25/09/2014

C’était chaud au Royal Albert Hall hier soir ! Pour une première au Royaume-Uni, Patrick Bruel a fait fort ; l’artiste français a fait chanter et danser plus de trois mille cinq cents personnes pendant 2 heures 15 de concert incroyable. Et le plus sympa dans tout ça, c’est qu’il avait l’air de se faire plaisir : « il y a des moments dans une carrière où l’on voudrait que le temps s’arrête », a-t-il confié au public. Il faut dire que ça doit faire quelque chose de se tenir là où Led Zeppelin, Supertramp, et tant d’autres géants de la musique ont chanté... Patrick Bruel fait aujourd’hui partie des grands : la presse britannique le présente comme « la réponse française à Bruce Springsteen » ou encore « l’Elton John français ».

« On est monté haut »

Dès les premières notes de piano, la foule s’enflamme. La salle est encore plongée dans l’obscurité, mais on peut reconnaître le début de « Places des grands hommes ». Lorsque les spots s’allument, c’est l’explosion : « Patriiiiiick » commence son show immense en passant d’un succès à l’autre. Et les vigiles ne font pas long feu en bord de scène, face aux dizaines de groupies déchainées qui les chantent avec lui.

Patrick Bruel au piano pour "Places des grands hommes"

L’artiste touche-à-tout jongle entre ses nouveaux tubes et ses anciens, au piano comme à la guitare. Il reprend même « Décalé » à l’orgue de barbarie, suivi d’un medley de valse musette avec ses musiciens, de quoi faire danser la salle entière sur « Mon amant de St Jean ». Le public aura eu droit à quelques surprises : « Alexandrie alexandra » de Cloclo mélangé avec son « yalil yalil abibi yalil »... Patrick Bruel saute d’un répertoire à l’autre, au plus grand bonheur des spectateurs qui en redemandent.

"Mon amant de St Jean"

Puis les lumières s’éteignent, le concert se termine sur l’air du « Café des délices ». Pendant cinq minutes, la foule reprend la mélodie a capella pour faire revenir le chanteur. Et les rappels s’enchaînent : Patrick reprend du Bowie, chante les Beatles, ceux qui l’ont « inspiré ». « On a rêvé de cette soirée, de ce Royal Albert Hall, merci d’être là » confie-t-il, avant de finir avec sa chanson « Où sont les rêves ».

Ce show était le dernier de sa tournée en Europe, une fin en beauté. A présent, c’est aux Etats-Unis que Patrick Bruel continuera de fêter les vingt-cinq ans de son album Alors regarde. Car c’est en 1989, avec « Casser la voix », « J’te l’dis quand même », que le chanteur a connu le succès. Depuis, il ne quitte plus le cœur du public. On pourra le retrouver en octobre prochain à l’affiche de Tu veux ou tu veux pas avec Sophie Marceau ; quel artiste complet !

COMMENTAIRES:

04/10/2014 - sylvie.aquilina a dit :

Quelle belle soirée remplie de toutes sortes d'émotions ! C'était FANTASTIQUE ! A tout à l'heure Patrick !

27/09/2014 - traceyam a dit :

Fantastic concert and my first ever time seeing Bruel live after following him since 1988!

25/09/2014 - HEUVELINEALEXANDRA a dit :

"Patriiiick"!!!!

LAISSER UN COMMENTAIRE

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas sur le site tant qu'un administrateur ne les aura pas approuvés.

:

Vous pouvez recharger le captcha en cliquant dessus